TPE, PME et ETI

UEPS 2015 NVS

TPE – PME-ETI  

Nous défendons les positions ci-dessous :

Quelle place pour l’innovation et les TPE/PME dans la transition énergétique ?

NVS a toujours défendu la place des TPE / PME dans le développement de notre pays, considérant que la France devait devenir un pays d’entrepreneurs. Cette dynamique doit s’inscrire pour nous dans une démarche territoriale forte.

En matière d »innovation et de transition énergétique, le rôle des TPE / PME / ETI doit être central.

Cette évidence va au-delà c’est-à-dire sur tous les domaines liés à l’indispensable transition vers une sociale écologie qui est un des piliers du nouveau mode de développement que nous préconisons.

Des exemples de TPE / PME dynamiques et allant dans ce sens sont nombreux et beaucoup de territoires encouragent ce mouvement. Mais disons que cette démarche reste encore trop parcellaire et seule à notre sens une grande volonté politique nationale affichée et soutenue sur le long terme peut lui donner l’envergure qu’elle exige.

Les objectifs sont :

– Produire des biens durables et recyclables qui favorisent le bien être des populations. Cela signifie parfois moins de production donc moins de croissance et a contrario parfois plus de production mais de meilleure qualité pour le développement humain.

– Economiser au plus l’énergie et l’utiliser au plus près des besoins.

– Développer les énergies renouvelables et réduire chaque année davantage l’utilisation des énergies fossiles.

Tous les secteurs d’activité sont concernés : L’énergie bien sûr, la santé, l’éducation, le logement, le transport, l’agro-écologie et la biodiversité.

Mais pour réussir, cette vision doit s’acter sur le court terme et se planifier sur le long terme.

Les créateurs d’entreprises, les TPE, PME et les ETI sont parfaitement bien placés dans cette stratégie car on touche directement à l’économie réelle dans laquelle il faut créativité, adaptabilité, courage, volonté et constance. Les grands groupes doivent contribuer aussi à cette stratégie d’avenir, mais le vivier d’idées, la créativité et l’innovation sont le plus souvent pour des raisons de souplesse et de réactivité dans des structures à taille humaine.

Il y a tant d’innovations technologiques existantes à appliquer et d’autres à inventer :

Réseaux intelligents, nanotechnologie, imprimantes 3 D, intelligence artificielle, les drones ….  et tant d’autres à découvrir qui aideront à atteindre ces objectifs.

 L’innovation doit être au cœur de cette démarche.

 Mais cela passe aussi par de bons projets et de bons porteurs et porteuses de projets qu’il faut savoir détecter et soutenir dans les territoires en liaison avec l’enseignement supérieur.

Il faut aussi :

– Donner davantage de possibilités aux territoires pour agir et accompagner efficacement,

– Créer des relations simplifiées avec le milieu de la recherche fondamentale et appliquée,

– Exercer des coopérations aisées avec les pôles de compétitivité et les projets « Montebourg »,

– Rechercher des réponses européennes,

– et surtout, obtenir des possibilités de financement d’investissements sur le long terme :     

1) Pour les sommes à disposition d’une part : Quid du rôle réel de BPI France à ce sujet ? Quid du CIR très décrié tant la pertinence des projets retenus est critiquée ? Quid des Business Angels ? Et quid des banques évidemment ?

2) Pour l’accessibilité et la simplification des procédures à engager d’autre part : Il faut à cet égard mettre en place partout dans les territoires des guichets uniques pour faciliter le travail des PME dans leur recherche de financements et réduire les multiples documents exigés.

3) Considérer les TPE / PME comme des partenaires crédibles et responsables.

Les PME ne sont vues que comme des fournisseurs ou des sous-traitants que l’on pressure à l’envie. Cette absence de considération n’existe pas en Allemagne d’où leur tissu PME incomparablement plus dense que le nôtre.

Cette remarque s’applique autant à l’Etat, à l’industrie qu’aux grands groupes.

Il faut traiter les PME comme des partenaires à part entière et généraliser les « Small business acts ».

Faisons confiance aux TPE /PME /ETI, ce n’est qu’en faisant cette révolution dans nos têtes que nous ferons de la France un pays d’entrepreneurs.

 

Une réflexion au sujet de « TPE, PME et ETI »

  1. Depuis que les bourses régionales ont arrêté, alors que le CiiB avait dynamisé leurs activités , le CiiB a testé divers moyens : minitel, réseaux d’associations, internet pour trouver une mobilisation à la fois des entreprises et des épargnants comme il l’avait fait dans les années 80. Le CiiB à longuement cherché et encore cherché, et mis au point le concept Carnet d’annonces mini-bourses privées à l’échelle locale pouvant se développer en un réseaux national avec tous les partenaires professionnels concernés.

    Pour mettre en place ce concept et réseau le CiiB

    lance son augmentation de capital de 2,4 M€ destinée à améliorer le concept le mettre en place et développer en France et Union Européenne.

    « LE CARNET D’ANNONCES » pour les actionnaires des entreprises non cotées»

    si l’augmentation de capital de CiiB est réalisée fin octobre 2015

    L’objectif est 500 entreprises* doivent fin 2017 avoir crées leur carnet d’annonces sur leur et en réseau sur le site des partenaires locaux et celui de CiiB et se prépareront à entrer en bourse.

    Désormais, le CiiB remplace les bourses régionales par des carnets d’annonces, lieu d’échange interne, à partir du sein de chaque entreprise de façon locale et conviviale.

    Mais toutes les entreprises ne sont pas éligibles, seules les entreprises ayant des ambitions de croissance et de pérennité avérées sur le long terme sont retenues.
    notre site http://www.centre-info-intro-bourse-tpe-pme-eti.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *